Histoire dont vous etes le hero

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Ven 17 Fév - 13:52

je la rejoinds
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Sam 18 Fév - 10:43

Je l'ignores.
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Sam 18 Fév - 19:10

moi je cours :p

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Dim 19 Fév - 14:43

AJMM:
Vous courez de toutes vos forces vers la trappe en bout de passerelle mais les éclairs suivent votre mouvement tels des prédateurs. Vous en aviez déjà vu sur la barrière électrifiée des vaches de l'oncle Sam. Elles vous avaient déjà prévenu sur le danger de ces éclairs. Puis soudainement, un arc de cercle de lumière électrique se crée de part et d'autre des deux rampes de la passerelle. Lancé à vive allure, vous ne pouvez pas vous arrêter à temps...
Profitant de votre élan, vous plongez sous l'arc électrique. Vos poils laineux se hérissent mais vous le traversez sans aucun dommage. Puis, vous reprenez votre course vers la trappe qui par bonheur n'est pas verrouillée. Une fois à l'extérieur, vous reprenez votre souffle en refermant la porte en bois. Vous êtes sorti sain et sauf et vous avez du mal à le croire. Vous repartez au plus vite pour éviter une mauvaise rencontre et une fois à l'abri de l'orée de la forêt, vous vous retournez et lancez un remerciement vers le ciel en espérant que Bolomir l'entende. Mais il doit se douter que vous avez réussi. Ayant repris votre souffle, vous vous remettez à la recherche du moindre indice pour retrouver la piste de votre famille.
Après une longue et interminable marche, la forêt s'éclaircit enfin et la lumière du soleil à son zénith regonfle votre moral. Soudain, vous vous arrêtez car l'endroit où vous vous trouvez n'est plus protégé par les arbres. En fait, il vous semble que la forêt a été séparée en deux parties car la végétation repart à quelques lieux en face de vous. Au sol, votre regard est attiré par deux grandes barres métalliques traversées par des planches en bois. Les cailloux y sont plus gros et ces longues barres s'étirent à l'infini aussi bien à gauche qu'à droite. Elles vous font penser à l'échelle de l'oncle Sam quand elle reposait sur le sol de la cour. Parallèles et continues, elles semblent être à l'origine de cette tranchée dans la forêt. Encore une construction très laide faite par la main de l'homme, pensez-vous tristement. 
Vous voulez évitez de sombrer dans une panique générale car il faut bien vous rendre à l'évidence, vous êtes perdu! Néanmoins, vous vous raccrochez à l'espoir de revoir un jour votre famille, qu'allez-vous faire ?
* Vous voulez suivre les barres de fer métalliques
* Vous préférez rester à l'abri dans la forêt

MYSTERY:
Vous ralentissez enfin votre course hors de portée de l'homme au bout de tuyau étrange et vous tentez de vous repérez. La poussière et les ruines ont fini de détruire tous vos anciens repères. Au détour d'un tas de ruine dont vous pensez être les restes de la grange, un petit éboulis en haut d'un amas de pierre attire votre attention. Vous reprenez espoir. Quelqu'un serait-il en train de se dégager de l'emprise mortelle du tas de gravats ?

* Vous voulez aller l'aider en déblayant les grosses pierres qui gênent son échappatoire
* Vous préférez passer outre et essayer de chercher un abri pour passer la nuit qui arrive à grand pas

MOI:
La masse noire n'ayant pas une silhouette de forme humaine, vous décidez de la rejoindre et vous êtes surpris de retrouver au milieu de ces ruines, Aratorn, le chien de garde de l'oncle Sam. Votre moral regrimpe en flèche grâce à cette rencontre. Aratorn étant un molosse de taille, vous êtes heureux d'avoir la chance d'être tombé sur lui.
Aratorn vous explique qu'il vadrouillait aux alentours de la ferme lorsqu'il a entendu les bruits des engins métalliques, il est revenu au pas de course mais il était trop tard. 
 « Inutile d'aller voir plus loin, mon jeune ami ! Il ne reste plus rien de la ferme. Mais pour y avoir jeter un œil, je peux te dire qu'il n'y avait plus personne. Que sont-ils tous devenus ? Je l'ignore. Mais je peux t'assurer que je retrouverai leur trace ! L'oncle Sam n'a pas pu m'oublier, non ?» 
Le chien vous regarde fixement et vous pouvez voir dans ses yeux une légère inquiétude, détonnant sérieusement avec son imposante stature. Vous en faites fi rapidement, tout heureux d'avoir croisé son chemin. Vous le regardez renifler le sol et vous le voyez se mettre à l'arrêt, comme s'il avait repéré une piste. 
 « Je crois que je tiens quelque chose !» _ Vous dit-il _ « Suis-moi, petit !»
Puis il commence à avancer vers l'orée de la forêt. Vous vous demandez ce qu'il a repéré en sachant bien évidemment que son odorat est largement plus développé que le votre. D'un autre côté, Aratorn n'est plus tout jeune et vous vous posez la question de savoir si son flair est toujours aussi fiable. Car à y regarder de plus prés, il part à l'opposée des traces de pneus laissés par les véhicules humains. Le meilleur moyen de savoir qui sont les auteurs de ce sordide chantier serait peut-être de remonter cette piste.

Si vous voulez suivre Aratorn en direction de l'Est vers la forêt, rendez vous au 295. Si vous préférez suivre les traces de roues laissées par les engins mécaniques roulants, rendez vous au 257.  
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Lun 20 Fév - 12:22

Je passe outre
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mar 21 Fév - 13:37

lol tu veux pas te faire d'ami toi mdr

je suis le chien
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Mar 21 Fév - 15:08

C'est pas ça, mais j'ai pas confiance lol
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Mar 21 Fév - 18:42

Je suis les barres en métal (arf j'ai pas confiance non plus mais rester tout seul dans la forêt alors que je suis déjà perdu...) Euh c'est marrant je lis vos trucs à vous mais j'ai du loupé des trucs car je comprends pas où vous êtes haha

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mer 22 Fév - 14:49

ajmm: ba en faite nous on a reussis a s'echapper , alors que toi tu t'es fais choppe ^^

mystery:
Terrorisé, vous n'osez y aller de peur de tomber museau à museau sur le responsable de ce carnage et vous fuyez en quatrième vitesse vers ce qui semble être la cour principale. Vous vous époumonez à hurler le nom de vos parents et de vos amis mais personne ne répond. Apparemment, il n'y a plus aucune âme qui vive ici ! Le temps passe inlassablement et vous ne savez toujours pas quoi faire. Devez vous rester et espérer un hypothétique retour de vos compagnons ou devez-vous sortir de ces ruines oppressantes ? Et pour aller où ? Vous qui rêviez de partir à l'aventure vous ne pensiez pas y être poussé contre votre gré à la suite d'une catastrophe ! Soudain un bruit fend l'air au-dessus de votre tête et vous sentez une légère panique vous envahir. Légolois, le vieux coq mais encore en bonne santé, atterri juste en face de vous. Il vous fixe affolé et vous interpelle en agitant ses ailes : 
 « Hé ! C'est toi qui es à l'origine de tout ça ? Où sont-ils tous passés ?» 
« Moi comment aurais-je pu faire ça ? T'as rien vu ?» 
« Ben non, je me suis endormi sur le tas de fumier! A mon age, ce n'est plus très évident de se lever avec l'aurore et j'ai du mal à récupérer. Et toi tu n'as rien vu ?»
« En fait, tout est allé très vite! Des engins mécaniques conduits par des humains sont venus du côté du soleil. J'ai échappé à la mort, je ne sais même pas par quel miracle. Et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la ferme de l'oncle Sam... Notre ferme n'était plus là ! Où sont passés les autres, mon père et ma mère que sont-ils devenus ?» _ Répondez-vous au bord des larmes
« Que sont devenus tes parents ? Je n'en sais rien !» _ Répond le volatile _ « Arrête de t'apitoyer sur ton sort. Profite de cette expérience pour devenir plus fort, nom d'un œuf! Sort enfin de ta coquille !» 
Légolois se redresse fièrement et commence à gratter le sol avec ses serres à la recherche d'un quelconque asticot à avaler. Vous remarquez que cet impétueux est en train d'effacer les maigres indices qu'il vous reste : les traces de roues laissées par les véhicules humains. 
 « Arrête-toi !» _ Hurlez-vous _ « Tu effaces la seule piste que nous ayons, c'est malin! Maintenant de quel côté partons-nous ?»
Légolois vous regarde bêtement. Se rendant compte de son énorme bourde, il essaye de vous amadouer avec le lombric qu'il vient de trouver : 
 « Peut-être un dernier ver avant de prendre la route... »

Legolois devient votre compagnon de route, il pourra vous aider si vous vous faites attaquer par des ennemis.

Vous partez, vous et votre compagnon, vers l'Ouest. Laissant le grand tas de ruine, seul vestige de la ferme natale, derrière vous, vous suivez l'unique direction qu'auraient pu prendre les véhicules à moteurs des humains. C'est à dire le grand champ vague où le soleil se couchait. Ces énormes engins destructeurs auraient laissé des marques agressives envers les arbres de la forêt s'ils s'y étaient enfoncés et vous vous refusez de toute façon d'y pénétrer, même accompagné! Vous êtes finalement heureux de retomber sur ces traces implantées dans la boue du grand pré adjacent. 
 « Hé bien vu !» _ Lance votre compagnon d'infortune. « Tu as finalement retrouvé leur piste.» 
Vous n'êtes pas peu fier d'ailleurs de votre attitude censée. Vous partez à l'aventure, forcé certes par ces tristes évènements, mais n'est-ce pas ce dont vous rêviez ? Motivé à l'idée de retrouver votre famille, vous partez d'un bon pas qu'emboîte, avec assiduité et non sans une certaine fierté, votre nouvel ami de route.
Le grand champ laisse désormais la place à une énorme plaque noire, aussi large que la cour de l'oncle Sam, délimitée de part et d'autres d'une bande blanche et fine. Cet étrange sol s'étire à l'infini bien au-delà de la ligne d'horizon.  Les empreintes boueuses des roues s'y estompent au fur et à mesure de leur sèchement. Vous continuez donc votre périple dans la même direction et vous êtes étonné de la consistance de cette bande noire. Elle est extrêmement dure et rugueuse. Les cailloux y sont compactés. De plus, elle dégage une forte odeur vous rappelant la même puanteur qui se propageait dans la grange lorsque l'oncle Sam enflammait l'énorme tas d'immondices derrière la ferme. Soudain un bruit sourd vous extirpe de vos pensées. Vous ressentez des vibrations qui se propagent dans ce sol endurci. Vous regardez votre compagnon de route pour lui demander si, lui aussi, il ressent la même chose que vous mais vous voyez son visage se décomposer à vue d'œil. Vous tournez la tête dans la direction vers laquelle il regarde et vous sentez votre cœur dérailler. Une lueur intense se dirige droit sur vous. Elle grossit à vue d'œil et les vibrations qui se dégagent du sol s'intensifient également. Vous et votre équipier en restez tétanisés.
Les vibrations qui émanent du bitume noir ne vous disent rien qui vaille et vous vous mettez à scruter l'horizon. A l'énorme masse sombre qui se dirige vers vous, vous comprenez que vous courez tous les deux un danger mortel. Un véhicule humain arrive à vive allure, il faut réagir au plus vite !
Sans perdre plus de temps, votre sang ne fait qu'un tour dans vos petites veines et vous vous ruez sur votre compagnon qui, surpris, n'esquive pas le moindre geste. Vous vous affalez au sol en contre bas de la route et au même instant l'air chaud déplacé par le véhicule humain vient vous lécher tous les deux. Pour la première fois, il vous semble sentir le souffle terrifiant de la mort. Votre ami vous regarde hébété en comprenant que vous lui avez sauvé la vie. Le véhicule meurtrier ayant à présent disparu à l'horizon, vous reprenez tous les deux votre souffle. 
 « Incroyable !» _ S'esclaffe votre collègue. _ « Tu m'as sauvé la vie, je t'en serais toujours redevable !».
« J'ai eu comme un mauvais pressentiment. Mais je pense que tu aurais fait pareil pour moi.» _ Répondez-vous humblement. 
Vous ne le montrez pas mais vous êtes très fier intérieurement car pour une fois vous avez agi suivant votre instinct.

Votre instinct animal a definitivement augmente d'un point.

Remis de vos émotions, vous reprenez votre chemin tous vos sens en aguets mais surtout à quelques mètres en contrebas de la route. Nul besoin de réitérer l'exploit d'y survivre. Au bout de quelques minutes, la route se sépare en deux. Elle continue de part et d'autre de la forêt qui se dresse à nouveau face à vous. Poussé par votre volonté de ne pas vous retarder d'avantage, vous étudiez les différents parcours. Allez-vous suivre la route:

* vers le soleil couchant
* a l'oppose
* reprendre le chemin de la foret

ajmm:
Vous suivez les grandes barres de fer depuis un certain temps et malgré la beauté de ce paysage fleuri, vous ne pouvez chasser de votre esprit la tristesse et le manque laissé par la disparition de votre famille. Une certaine lassitude commence à vous gagner. Un buisson composé de fruits rouges attire votre attention et réveille une faim qui s'était dissimulée derrière votre angoisse. Vous réalisez que vous n'avez pas encore mangé aujourd'hui, c'était le moindre de vos soucis avec tous ces évènements. Vous foncez donc, vers le buisson en salivant à la pensée de ce festin.
Les fruits rouges luisent comme ces pierres aux éclats dorés que vous pouviez voir au cou de ces femelles humaines qui accompagnaient parfois les jours si souvent solitaires de l'oncle Sam. Telle une lumière fascinante, vous restiez les yeux ébahis par la pureté qui se dégageait de ces cailloux. Vous croquez donc à pleine dent dans ce trésor fruité avec délectation. La panse remplie, satisfait avec un grand sourire aux lèvres, vous reprenez votre route le long des barres de fer. 
Il vous semble que vous marchez le long de ces barres métalliques depuis une éternité. La monotonie des lieux vous plonge dans une mélancolie qui vous rappelle à l'ordre de votre famille disparue. Allez-vous vraiment pouvoir les retrouver un jour ?
Perdu dans vos pensées cherchant à croire encore en vos réussites de retrouver vos parents, un bruit sur votre droite vous alarme et vous stoppez net votre marche. Tous les sens en alerte, vous scrutez le sous-bois et malgré la continuité de ce son inquiétant vous ne discernez, ni ne pressentez un danger. Il semblerait qu'il s'agisse d'un frottement régulier d'un objet traîné sur les feuilles mortes qui parsèment le sol. Enfin surpris, vous voyez déboucher sur votre chemin un hérisson qui, aussitôt en vous remarquant, se love dressant toutes ses épines au dehors.
Vous connaissez les hérissons pour en avoir côtoyé quelques uns aux abords de la ferme de l'oncle Sam, ils sont très peureux. Vous vous approchez donc doucement. Vous savez que la patience est une de leur plus grande vertu alors vous décidez de ne pas bouger et d'attendre qu'il reprenne sa route.
Le temps défile inlassablement sans que l'être aux multiples piquants amorce le moindre mouvement. Il reste dans cette posture défensive tout naturellement et vous comprenez un peu tard qu'il sent toujours votre présence. Visiblement, vous êtes tombé sur le seul hérisson associable de cette forêt. Vous n'attendez pas plus longtemps pour reprendre votre chemin, laissant la boule de pics inerte derrière vous. Après une longue marche errante dans les sous-bois à la recherche d'un quelconque indice pour avancer dans votre quête, la fatigue commence à se faire ressentir et vous vous accordez quelques instants de repos. La longue et lente diminution de la lueur d'un soir naissant gagne les environs et, aidé par un sommeil attendu et espéré depuis ce matin, vous vous endormez confortablement dans un nid de hautes touffes d'herbes moelleuses.
Vous vous réveillez en sursaut. La nuit s'est installée entièrement à présent dans le sousbois et l'atmosphère féerique du début de soirée a laissé place aux ténèbres et à son brouillard oppressant.
Un bruit retentit derrière vous et vous restez à affût. Des bruits étouffés se rapprochent inéluctablement et dans la lueur de l'aube qui se dessine à présent, vous voyez étonné surgir dans la clairière trois cochons malfamés. Ces derniers, surpris eux aussi par votre présence, s'arrêtent net. 
 « Hé, regardez vous autres ce que la providence nous met sur notre chemin !» _ Lance le plus vieux des trois, jouant sûrement le rôle du chef. _
« Je m'appelle Nasegôul et toi qui est-tu, petit ?» 
« Je m'appelle Fredon et sachez que vous ne me faites pas peur !» 
« Houlà, nous sommes tombé sur une terreur, dites donc ! Tu n'es pas d'ici, d'où viens-tu ?»
« J'arrive de la ferme de l'oncle Sam qui a malheureusement été démolie, vous ne sauriez pas...»
« Tu dis que la ferme de l'oncle Sam a été détruite !» _ Vous coupe t-il 
« Oui! J'ai perdu ma famille et tous les autres occupants, vous ne les auriez pas vus...» 
« Excellent ça ! Vous entendez vous autres! Quelqu'un a eu l'idée avant moi! Depuis le temps que j'en rêvais, hein ? Je déteste ce sale humain de Sam, c'est bien fait pour lui !» _ Dit-il sur un ton haineux. 
Ses deux comparses rigolent d'un ton moqueur qui vous horripile au plus haut point. 
 « Je vous interdis de parler ainsi de l'oncle Sam, c'est un père pour nous...»
« Ha oui ! Un père ? En es-tu vraiment sûr, petit ? Veux-tu que je te raconte une histoire ?» 
Vous commencez à en avoir plus qu'assez des manières rustres de ce porc vaniteux et vous avez déjà pas mal perdu de temps. Plus vous vous retarderez dans vos recherches, plus les chances de retrouver votre famille s'amoindriront.

* vous ecoutez son histoire
* vous n'avez pas envie de l'ecouter

moi:
Vous décidez de faire confiance à Aratorn et vous êtes curieux de voir où va aboutir la piste qu'il suit.

aratorn est votre compagnon de route desormais, il pourra vous aider au combat dans le cas ou vous rentriez des ennemis.

Vous pénétrez tous les deux dans la forêt. Vous sentez monter en vous une légère angoisse car vous entrez en terre inconnue, de plus le sous-bois est sombre. Vous n'aviez pas remarqué la forte densité des feuillages tamisant la lumière du soleil depuis la ferme de l'oncle Sam tout à l'heure. Vous restez dans le sillon d'Aratorn, bienheureux de l'avoir comme compagnon de route, lorsque vous le percutez de plein fouet dans l'arrière-train! Le fidèle canidé s'est mis à l'arrêt et vous en restez bouche bée. Vous pensiez qu'il avait oublié son instinct de chasse depuis belle lurette mais le molosse a apparemment encore quelques beaux restes. Vous le contournez par la droite et vous le voyez vous faire signe de la tête. Puis il murmure : 
 « Y a une odeur pas commune droit devant, petit !»  « Qu'est-ce donc ?» _ Demandez-vous inquiet
« J'crois savoir, suis moi !» _ Répond-il. 
Puis vous le voyez se mettre à courir et vous lui emboîtez le pas. Vous débouchez, quelques secondes après, dans une petite clairière où trône en son milieu une petite boule de poils brune rayée de noir. Enfin petite, tout est relatif, puisqu'elle est plus grosse que les ronds de sel que l'oncle Sam donnait aux vaches. Vous en restez intrigué mais c'est plus fort que vous car vous avancez pour la voir de plus près en ignorant les avertissements de votre compagnon. Mais à peine arrivé à quelques centimètres d'elle, deux énormes yeux stupéfaits s'ouvrent en grand! Vous vous mettez à hurler de peur tous les deux en même temps. En arrière-plan, vous entendez Aratorn éclater de rire alors que votre minuscule cœur bat la chamade. La boule de poil est en fait un marcassin à qui vous avez flanqué la frousse de sa vie. Qui l'aurait crû ? Vous tentez de réconforter le petit être dont les grands yeux se sont remplis de larmes mais il se remet à hurler très fort. 
 « MA MÔMAN ! J'ai perdu ma môman ! Aidez-moi s'il vous plait !» 
Aratorn vous rejoint et vous conseille de passer au plus vite votre chemin : 
 « Nous n'avons pas le temps pour ses balivernes, petit. Ne t'inquiète pas ! Sa mère le retrouvera sans problème. Et pour tout te dire, je préfèrerais être loin d'ici lorsqu'elle arrivera. Crois-moi, les sangliers ne sont pas de nature très sympathique !»

* Vous voulez suivre le conseil de votre compagnon,

* Vous ne voulez pas laisser le marcassin à son pauvre sort
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mer 22 Fév - 14:51

j'aide le marcassin
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Mer 22 Fév - 16:29

Je vais vers le soleil couchant.
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Mer 22 Fév - 19:13

Bon je vais écouter ce qu'il a me dire l'autre naze... Je vais jamais m'en sortir lol je suis déjà avec des Nasgul alors que j'ai même pas de potes :p

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Ven 24 Fév - 19:23

AJMM:

« Très bien, je t'écoute !» _ Dites-vous en regardant droit dans les yeux Nasegôul.
« Accroche-toi, petit ! La vérité peut faire mal parfois ! Ton cher Oncle Sam fait de l'élevage depuis très longtemps...»
« Quel scoop !» _ Lancez-vous.
« Bien sûr, fais ton malin ! Je vais te poser une question bien précise. As-tu connu tes grands-parents, petit ?»
L'interrogation de Nasegôul vous fait réfléchir et il est vrai que vous n'avez jamais connu vos grands-parents. Il ne vous est même pas venu à l'esprit cette question pourtant si simple sur vos origines. Vos parents ne vous ont jamais rien dit à ce sujet non plus. Ce léger mystère vous laisse mal à l'aise et Nasegôul le remarque et coupe ce silence pesant.
« L'absence de réponse de ta part prouve que ma question est juste ! Et as-tu remarqué qu'aucun vieil animal n'habite la ferme? Je vais te dire pourquoi, petit! Parce qu'aucun animal n'a le temps de vieillir dans la ferme de l'oncle Sam. Vous servez, enfin, nous tous ici en ce bas monde y compris moi-même, servons de nourriture aux humains !»
Les derniers mots de Nasegôul transpercent votre frêle corps de part en part, tel un éclair frappant un arbre le soir d'orage, vous vous consumez de l'intérieur. Pour la première fois, quelqu'un vous donne une version des faits que vous étiez à mille lieux de vous doutez. C'est vrai, jamais vous ne vous étiez demandé ce que mangeaient les humains. A nouveau Nasegôul coupe votre silence d'un rire sarcastique:
« Ha ! Ha ! Ha ! Regardez-moi ça, vous deux ! Tout un monde s'écroule autour de lui. Sache qu'il vaut mieux que tu connaisses la vérité maintenant qu'au dernier moment devant le bûcher des humains. Grâce à moi, tu es libéré de ton cocon familial. Rejoins ma bande et tu vivras plus longtemps que tous tes collègues réunis !»
La douleur vous tiraille, vous n'avez plus aucun argument à soumettre, tant qu'il est vrai que l'oncle Sam s'occupait de vous mais ne manifestait pas un quelconque amour à vous même ou à vos pères. Mais pourquoi ce silence ? Son chien, son chat, le coq, les trois plus vieux animaux de la ferme, pourquoi ne vous ont-ils pas prévenu de cette destinée ? En étaient-ils conscients ou complices ? Plus aucune idée ne reste en place dans votre cerveau martelé continuellement et vous vous sentez défaillir, emprunt à la folie.
Vous luttez désespérément pour ne pas sombrer dans la folie dont vous sentez les prémices d'une vie à errer dans des limbes psychiques vous tendre les bras.
« Je sais ce que tu ressens, je l'ai vécu il y a plus de trois ans maintenant mais regarde moi je suis encore vivant. Toute ta famille a été décimée à l'heure qu'il est et tout ça pour remplir l'estomac des humains et peut-être même celui de l'oncle Sam, continues-tu à le chérir ?» Les dires de Nasegôul qui vous arrive à l'instant auraient fini de vous convaincre mais l'image de votre famille reste bien ancrée dans votre cerveau. Vous ne pouvez pas... Vous ne voulez pas croire à leur mort! Votre instinct vous le confirme, ils sont encore en vie mais pour combien de temps encore ? Comme une lueur d'espoir, vous vous raccrochez à cette idée et vous refaites miraculeusement surface, retrouvant les sensations fortes d'une réalité certes cruelle mais bien présente cette fois-ci. Nasegôul le remarque et tente une nouvelle fois de vous endoctriner mais vous faites le premier geste qui surprend votre petit comité. Vous repoussez de toutes vos forces Nasegôul qui ahuri par votre réaction n'esquisse pas le moindre geste et vient s'emplâtrer dans ses deux sbires hébétés. Vous en profitez pour vous enfuir et éviter un combat qui vous aurait été sûrement fatal. Tiraillé par les paroles de Nasegôul vous ne cessez votre course effrénée qu'à bout de souffle et hors de vue des trois cochons malfamés. Seul l'espoir de retrouver au plus vite votre famille vous porte jusqu'à l'orée de la forêt où vous vous écroulez de fatigue. Epuisé physiquement et moralement par cette horrible vérité. Vous jurez solennellement de ne plus faire confiance aux humains à présent,
Vous poussez un énorme cri de joie lorsque vous quittez enfin la forêt. Vous êtes à son orée et le soleil qui darde joyeusement ses rayons sur votre pelage vous regonfle le moral. Votre instinct vous indique que vous n'êtes plus très loin de votre but mais face à vous se dresse une grande étendue d'eau vous barrant le chemin. A votre gauche, vous pouvez distinguer l'entrée d'un souterrain qui s'enfonce dans les entrailles de la terre passant sous une grande route où circule, dans un vacarme abrutissant, un flux continu de véhicules humains. Sur votre droite, un immense pré s'étend à perte de vue et pour seul décor un arbre mort se détache, en contre jour, de la ligne d'horizon.

* Vous voulez vous diriger vers le soleil couchant, là où se trouve le grand pré

* Vous préférez partir en direction de la grande étendue bleue

* Vous voulez inspecter l'entrée du souterrain


mystery:

Vous continuez de suivre la route mais sur le bas-côté pour éviter un éventuel nouveau danger surtout que le soleil couchant vous empêche de scruter l'horizon. Vous repensez sans cesse à votre famille et vous n'avez en ce moment qu'une seule peur, ne plus les retrouver et errer ainsi toute votre vie. Une vieille cabane défraîchie se détache soudain de ce décor monotone et vous ramène à la réalité. Vous pensiez la demeure inhabitée, vu son insalubrité, mais un bruit à l'intérieur tente à prouver le contraire. Puis un humain, dont les taches de crasse et les longs poils grisonnants cachent les contours de son visage, sort de la cahute. Ses habits sont loin d'être neufs. Même l'oncle Sam ne mettait pas de telles étoffes usagées quand il allait travailler dans les champs boueux. Et puis l'odeur qu'il dégage prouve qu'il n'a pas côtoyé ses pairs depuis un bon moment! Sa surprise rejoint la votre lorsqu'il vous aperçoit, Après quelques secondes d'hésitation, l'homme semble vous parler et retourne à l'intérieur de sa demeure. Vous regardez votre compagnon qui est aussi médusé que vous. Puis d'un coup, le vieux bonhomme sale ressort avec un objet luisant, métallique et pointu à chaque main. Vous ne savez de quoi il s'agit, ni ce qu'il attend de vous mais votre compagnon de route a compris, lui, et vous sommes de vous enfuir :
« Cours Fredon, vite !»
Etonné, vous lui emboîtez aussitôt le pas d'une course effrénée à travers les sous-bois. Vous ne cessez de vous retourner pour voir si l'humain vous suit et vous avez la mauvaise surprise qu'il est effectivement sur vos sabots à quelques mètres derrière vous, hurlant toujours des paroles incompréhensibles pour des animaux tels que vous. Vous doublez votre comparse moins agile et rapide que vous et après quelques minutes d'un intense effort de sprint, vous jetez un dernier coup d'œil en arrière. Vous vous arrêtez net car un vent de panique vous entoure à la vision de votre compagnon rattrapé à cet instant même. L'homme essoufflé se cramponne à sa proie et lève un de ces deux objets pointus dans sa direction. Vous devez réagir au plus vite !
Votre sang ne fait qu'un tour à la vue du danger qu'encourt votre ami. D'un coup sec et précis de votre sabot avant, vous envoyez une pierre sur l'humain malhonnête qui la reçoit en plein visage. Sa réaction est immédiate, il lâche votre compagnon pour se tenir la tête d'où s'échappe un fin mais long filet d'un liquide rouge et opaque. L'humain grommelle mais reste pantois par le coup reçu. Vous sentez votre compagnon vous attraper et vous foncez tous les deux dans les fourrés des sous-bois environnants. Il vous remercie chaleureusement de l'avoir sauvé et vous regardez, ainsi caché et heureux, l'homme repartir vers sa cabane en chancelant et probablement déçu d'avoir perdu votre trace. Vous restez tous les deux quelques instants à l'abri pour reprendre votre souffle et récupérer mais vous savez qu'il faut repartir au plus vite à la recherche de votre famille.
Vous marchez depuis un bon bout de temps maintenant et vos forces commencent à vous abandonner. Votre compagnon le sent bien et ne refuserait pas lui non plus une pause. Vous décidez d'un commun accord de vous reposer un peu, au point où vous en êtes vous n'êtes plus à quelques minutes près ! Profitant de cet arrêt pour vous restaurer, vous broutez tranquillement. Votre compagnon se débrouillant lui aussi très bien, vous mangez sereinement. Puis vous vous allongez tous les deux en contemplant le ciel bleu où quelques nuages épars vous rappellent vos copains d'enfance. La luminosité diminuant avec le coucher du soleil, le sommeil vous gagne. Finalement, vous vous endormez profondément aidé par les ronflements de votre fidèle compagnon ! Vous vous réveillez en sursaut. La nuit s'est installée entièrement à présent dans le sousbois et l'atmosphère féerique du début de soirée a laissé place aux ténèbres et à son brouillard oppressant. Un bruit retentit derrière vous et vous sautez sur votre compagnon pour le réveiller. Vous restez ainsi tous les deux à l'affût. Des bruits étouffés se rapprochent inéluctablement et dans la lueur de l'aube qui se dessine à présent, vous voyez étonné surgir dans la clairière trois cochons malfamés. Ces derniers, surpris eux aussi par votre présence, s'arrêtent net.
« Hé, regardez vous autres ce que la providence nous met sur notre chemin !» _ Lance le plus vieux des trois, jouant sûrement le rôle du chef. _
« Qui êtes-vous ? Vous n'êtes pas des résidents de cette forêt, vous êtes bien trop en chair !»
Ses deux comparses éclatent d'un rire moqueur qui vous horripile énormément.
Votre compagnon, plus expérimenté que vous, vous somme de ne pas répondre. Vous ne bougez donc pas et à vos attitudes défensives le vieux cochon malfamé demande à ses deux sbires de vous faire parler. Les deux cochons qui rigolaient jusque là se retournent surpris et vous pouvez voir leur visage déconfit après l'ordre reçu. Néanmoins sous la peur, ils obéissent et se dirigent vers vous deux. Ne vous laissant pas compter fleurette, vous et votre compagnon, vous vous ruez sur les deux pauvres cochons.


Pour le combat en duo tu dois choisir qui se battera avec qui :


1er cochon malfame : 8 points de vie
2eme cochon malfame : 10 points de vie


toi : 12 points de vie
legolois : 8 points de vie

MOI:

N'écoutant pas votre compagnon, vous parlez au jeune marcassin pour tenter de le calmer :
« Je vais t'aider, ne t'inquiète pas! Moi aussi j'ai perdu ma famille, je sais ce que tu ressens.»
Vos paroles ont l'air de le rassurer et vous pouvez même discerner dans ses grands yeux une lueur d'espoir. Puis il vous regarde tristement.
« Ta famille a, elle aussi, rencontré les tuyaux bruyants?»
« Les quoi ?» _ Demandez-vous hébété.
« LES TUYAUX BRUYANTS !» _ Répète le petit sanglier de sa voix irritante.
Vous ne comprenez pas de quoi il veut parler et apparemment cela l'exaspère au plus haut point puisqu'il se confine dans un mimétisme soudain.
« Ma famille je ne sais pas ! Mais moi j'en ai vu un de près et je ne sais pas encore comment j'ai pu y échapper ! C'était horrible, il y a eu un déchirement sonore sourd... J'en ai encore des sueurs froides...»
« Oui c'est ça, c'est tout à fait ça !» _ Reprend le jeune sanglier tout heureux mais sans se rendre compte qu'il vous avait coupé la parole.
« Ce bruit résonne encore dans ma pôvre tête. Il m'a obligé à fermer les yeux et quand je les ai ouverts à nouveau, y'avait plus ma môman !»
Le marcassin se remet à fondre en larmes et vous le consoler.
« Je me nomme Fredon et toi ?» _ Demandez-vous.
« Je... sniff ! Je m'appelle Gôalloume.»
« Bien suis-moi, je vais tâcher de retrouver ta mère.»
« Et lui...» _ Dit-il en regardant Aratorn. « Il vient avec nous ?»
« Oui bien sur !» _ Répondez vous sans autre ménagement.
Le petit porcin semble triste et apeuré mais a très bien compris qu'il ne décidait pas. Il vient donc se coller à vos pattes tout en se plongeant dans un mimétisme boudeur.


Nouveau compagnon de voyage : Gôalloume : 12 pts de vie


Après une longue et interminable marche, la forêt s'éclaircit enfin et la lumière du soleil à son zénith regonfle votre moral. Soudain, vous vous arrêtez car l'endroit où vous vous trouvez n'est plus protégé par les arbres. En fait, il vous semble que la forêt a été séparée en deux parties car la végétation repart à quelques lieux en face de vous. Au sol, votre regard est attiré par deux grandes barres métalliques traversées par des planches en bois. Les cailloux y sont plus gros et ces longues barres s'étirent à l'infini aussi bien à gauche qu'à droite. Elles vous font penser à l'échelle de l'oncle Sam quand elle reposait sur le sol de la cour. Parallèles et continues, elles semblent être à l'origine de cette tranchée dans la forêt. Encore une construction très laide faite par la main de l'homme, pensez-vous tristement. Vous consultez votre compagnon qui à l'air aussi désorienté que vous. Vous lui demandez conseil pour la direction à prendre mais il s'en remet à vous, préférant ne pas être l'investigateur de vos errements éperdus.


* vous voulez suivre ces grandes barres de fer posées au sol en direction du soleil couchant
* Ou plutôt partir à l'opposé
* Sinon, vous pouvez toujours les traverser pour poursuivre votre chemin vers la forêt
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Ven 24 Fév - 19:38

je continue dans la foret
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Sam 25 Fév - 10:25

Je vais dans le souterrain.

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Sam 25 Fév - 11:57

Legolois prend le premier cochon

Moi je prends le deuxième
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Dim 26 Fév - 19:25

AJMM:
L'entrée du tunnel, sombre et ténébreuse, vous angoisse horriblement. Elle ne vous dit rien qui vaille. Mais la perspective de retrouver votre famille vous pousse tout de même de l'avant. Et c'est d'un pas sûr et avisé que vous vous engouffrez dans les ténèbres du souterrain. Vos yeux s'habituent petit à petit à la faible lueur qui règne en ce lieu. A peine avez-vous fait quelques mètres que vous tombez sur une intersection. Le tunnel se divise en deux, un couloir part vers la droite et un autre vers la gauche à l'opposée. Vous n'avez bien sur aucune idée du chemin à prendre et la pénombre qui s'épaissit au bout de chaque couloir n'incite personne à avancer plus en avant. 
 vous devez choisir le chemin que vous allez emprunter:

* celuis de droit
*celuis de gauche


MYSTERY:

apres ce combat il te reste 9 points de vie et il reste 3 points de vie a legolois.

Nasegôul, à la vue de ses deux sbires groggy, file aussitôt ventre à terre comme un lâche. Vous éclatez de rire ensemble. Vous attrapez un des deux cochons pour l'interroger. Il ne comprend rien à votre histoire mais il vous indique tout de même qu'après la forêt par delà les grandes étendues se trouve La Grande Ville . Ceux que vous recherchez ne peuvent être que par là-bas. Tremblant de peur, il ne vous est plus d'aucune utilité et vous le relâchez. Il rejoint son collègue et ils s'enfuient ensemble dans les sous-bois. Vous décidez de repartir au plus vite pour quitter cette forêt de malheur.
Vous poussez un énorme cri de joie lorsque vous quittez enfin la forêt. Vous êtes à son orée et le soleil qui darde joyeusement ses rayons sur votre pelage vous regonfle le moral. Votre instinct vous indique que vous n'êtes plus très loin de votre but mais face à vous se dresse une grande étendue d'eau vous barrant le chemin. A votre gauche, vous pouvez distinguer l'entrée d'un souterrain qui s'enfonce dans les entrailles de la terre passant sous une grande route où circule, dans un vacarme abrutissant, un flux continu de véhicules humains. Sur votre droite, un immense pré s'étend à perte de vue et pour seul décor un arbre mort se détache, en contre jour, de la ligne d'horizon. 

* Vous voulez vous diriger vers le soleil couchant, là où se trouve le grand pré,
* Vous préférez partir en direction de la grande étendue bleue
* Vous voulez inspecter l'entrée du souterrain

moi:
Laissant derrière vous l'horrible cicatrice de la forêt laissée par la main de l'homme, vous continuez d'avancer dans la certaine sécurité du sous-bois. La fatigue et l'intensité dramatique des évènements survenus commencent à peser sur votre moral. Cette démotivation est bien évidemment accentuée par la disparition de votre famille. Soudain un râle plaintif mais appuyé vous sauve d'une torpeur envahissante. Le cri provient de derrière un large bosquet et vous n'en connaissez pas l'origine. Intrigué vous stoppez net votre marche. Apeuré par la propagande de vos parents sur l'agressivité des habitants de la forêt, vous hésitez à aller voir néanmoins, ce cri plaintif attise inéluctablement votre curiosité.
Vous reconnaissez le hurlement et vous en restez tétanisé de peur. Vous l'aviez déjà entendu un soir de pleine lune avec vos parents quand vous étiez jeune. Votre père vous avait averti sur son auteur. « Notre plus grand ennemi !» vous avait-il même précisé. Et la pensée de vous retrouver face à face avec un loup, puisque c'est de lui qu'il s'agit, ne vous enchante guère. Néanmoins, la longue et lente plainte douloureuse qui se dégage de ce cri pousse votre curiosité qui se confronte directement avec votre peur.

* vous voulez quand même aller voir dans la clairière
* vous préférez la contourner
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Dim 26 Fév - 19:42

je vais voir
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Dim 26 Fév - 22:27

J'inspecte l'entrée du souterrain
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Lun 27 Fév - 9:38

Je vais à droite

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mar 28 Fév - 14:51

mystery:
L'entrée du tunnel, sombre et ténébreuse, vous angoisse horriblement. Elle ne vous dit rien qui vaille. Mais la perspective de retrouver votre famille vous pousse tout de même de l'avant. Et c'est d'un pas sûr et avisé que vous vous engouffrez dans les ténèbres du souterrain. Vos yeux s'habituent petit à petit à la faible lueur qui règne en ce lieu. A peine avez-vous fait quelques mètres que vous tombez sur une intersection. Le tunnel se divise en deux, un couloir part vers la droite et un autre vers la gauche à l'opposée. Vous n'avez bien sur aucune idée du chemin à prendre et la pénombre qui s'épaissit au bout de chaque couloir n'incite personne à avancer plus en avant.
 vous devez choisir le chemin que vous allez emprunter:

* celuis de droite
* celuis de gauche

moi:
Vous pénétrez avec la plus grande prudence dans la clairière mais la créature qui s'y trouve vous remarque aussitôt. Une paralysie totale se répand soudainement dans tout votre corps car vous êtes face à votre plus terrible ennemi en ce bas monde. Jamais vous n'aviez pensé en rencontrer un et il se dresse là en plein milieu de la clairière. L'être qui hante cet endroit est tout simplement un loup, votre plus grand prédateur. Votre instinct de survie vous pousse à vous enfuir au plus vite et pourtant vous n'arrivez pas à décrocher votre regard de celui du loup. Il y a plus de surprise et de peine dans ses yeux que d'envie de vous dévorer. Vous restez ainsi figé chacun de votre côté pendant de longues minutes interminables puis finalement, il est le premier à faire un mouvement. Il s'assoie en se retournant et vous comprenez l'origine de son cri plaintif. Sa patte arrière droite est prise, semble t-il, dans une espèce de cercle métallique. Ce dernier vous fait penser à une grande mâchoire car d'énormes dents en métal y sont implantées. D'ailleurs une de ces dents est entrée dans la chair du loup qui tente de lécher le sang qui coule de la plaie béante. Le sentiment d'horreur et de peur laisse désormais la place à de la pitié et vous êtes tenté d'aller l'aider.
Voyant votre hésitation, votre compagnon de route vous rappelle à l'ordre et montre du même coup son appréhension envers le loup. 
 « Je ne sais pas ce que tu comptes faire, Fredon, mais même blessé il reste dangereux. Je commence à te connaître, tu as le cœur sur le sabot mais je t'en prie sur ce coup là, écoute-moi. Filons d'ici tant qu'on le peut !» 
Il est vrai que vous avez cette petite voix dans votre tête, plus précisément celle de votre père, qui vous répète que le loup n'est pas l'ami des moutons mais ne vous êtes vous pas spécialisé dans la violation des interdits ? Un autre proverbe vous vient à l'esprit, il faut combattre le mal par le mal! Et si vous profitiez de son handicap actuel pour vous en approcher ? Vous n'aurez jamais une chance aussi belle d'en savoir un peu plus sur votre ennemi éternel. Alors qu'allez-vous faire ?

* Voulez-vous suivre le conseil de votre ami
* Ou à son grand désarroi, vous approchez du loup meurtri

ajmm:
mystery et toi etes rendu au meme point, je veux voir si elle fera le meme choix ou pas.
mystery si tu lis ca il ne faut pas que ca t'influence ^^
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par land-of-mystery le Mar 28 Fév - 23:19

Gauche
avatar
land-of-mystery

Messages : 1092
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 27
Localisation : Région Centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mer 1 Mar - 19:46

ptin!! tu pouvais pas aller a droite!!!! lol
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par cocotte lindsay le Mer 1 Mar - 20:11

ajmm:
Vous arrivez à discerner un couloir qui part sur la gauche. Le chemin que vous suivez s'enfonce dans le noir mais l'écho du bruit de vos pas vous revient. Il semblerait qu'il termine en cul de sac.

*  vous voulez continuer à avancer
* vous préférez emprunter le couloir de gauche

mystery:
Le couloir que vous empruntez tourne subitement à droite et vous pouvez discerner un peu plus loin après le coude en angle droit, un couloir partant sur la gauche. Celui que vous suivez s'enfonce encore un peu plus vers les ténèbres.

*  vous voulez suivre le couloir qui part vers la gauche
*  vous préférez continuer tout droit

moi:
Sans quitter des yeux votre ennemi potentiel, vous avancez vers lui prudemment. A peine à un mètre de lui, le loup se redresse et se met à grogner en montrant les crocs. Légèrement surpris, vous stoppez net votre mouvement. Il est vrai que même en mauvaise posture, le loup reste impressionnant et vous vous demandez si vous avez, cette fois-ci, fait le bon choix! L'instant présent semble durer une éternité et vous oubliez tout le contexte extérieur, la forêt, votre quête de recherche familial, vos rencontres précédentes. Un étrange vide
Le Seigneur des Agneaux – Part I
58 - La Commune Ôtée de l’Agneau -
s'installe dans votre petite tête et finalement cette paralysie soudaine disparaît pour être remplacer par un climat de confiance qui vous pousse à approcher de votre ennemi meurtri.
Vous prenez conscience que vos membres avancent vers le loup sans votre consentement et vous réalisez du même coup qu'il vous hypnotise de son regard fixe. Comprenant la torture qu'il vous inflige, vous reprenez conscience du monde extérieur en stoppant à nouveau votre marche léthargique. Le loup surpris d'avoir été démasqué reste désorienté et vous pouvez voir à présent le changement de la lueur présente dans ses yeux.
Vous discernez dans son regard que vous êtes son dernier espoir mais sa fierté, elle, refuse votre aide. Vous faîtes comprendre au loup que votre sauvetage restera secret et vous avez l'agréable surprise de voir que le loup rentre ses griffes et se laisse faire. Peut-être est-il plus intelligent qu'il n'y paraît ? Que sa survie ne passera que par votre aide ou alors peutêtre est-ce tout simplement la fatigue et un total épuisement qui l'oblige à se soumettre?
Peu importe, vous contournez sans problème l'animal blessé et vous vous approchez du piège humain. Ces instruments de barbarie qu'inventent les hommes pour s'amuser vous révoltent et vous n'aviez jamais vu un comme celui-ci. La pression qu'exerce ces dents de métal doit être énorme tant elles s'enfoncent dans la chair, elle en arrête même à présent le saignement, sauvant paradoxalement le loup d'un hémorragie fatale. Il faudrait trouver un moyen d'écarter cette mâchoire métallique mais comment ? Puis comme par enchantement, il vous revient une scène qui vous avez marqué lors d'une journée pourtant ordinaire dans la ferme de l'oncle Sam. La veille, un jour de grand vent, le portail de la ferme s'était bloqué à l'envers, ses deux battants s'étant entrecroisés. Il était impossible de le ramener dans sa position initiale et l'oncle Sam avait réussi à le débloquer en passant un grand bout de bois entre les deux battants. En le poussant très fort, le bout de bois écarta les battants et vous, qui étiez spectateur à ce moment là, avez eu l'énorme surprise de les voir se remettre dans leur position normale à la grande joie de l'oncle Sam. Et si vous tentiez l'expérience ? Ni une, ni deux, vous dénichez un long bâton que vous enfilez entre les dents de métal en prenant soin de ne pas le caler sur la patte de votre ennemi. Puis vous commencez à pousser de toutes vos forces sans vraiment trop de résultat. Votre frêle corps n'est pas encore prêt pour cela, si seulement vous aviez de l'aide. Refusant la défaite, vous retentez un dernier essai et un léger bruit de frottement métallique vous incite à continuer. Vous êtes sur la bonne voie, la fausse mâchoire s'écarte mais vous n'en pouvez déjà plus. Vous êtes à deux doigts de lâcher prise lorsqu'une pression supplémentaire vient vous soulager de ce lourd fardeau.
Agréablement surpris par l'attitude de votre compagnon qui vient vous aider, vous appuyez ensemble de toutes vos forces sur le bâton. Le loup sent l'étreinte se desserrer et retire immédiatement sa patte blessée. D'un mouvement sec, vous relâchez le bâton et le piège métallique se referme aussi sec dans un bruit assourdissant. Puis vous restez tous ensemble à vous fixer du regard. Chacun captant le moindre mouvement suspect mais à votre étonnement, le loup se retourne et s'éclipse en quatrième vitesse malgré sa blessure. Il se perd dans les sous-bois hors de votre vue. Pas le moindre remerciement pour votre acte de bonté. Sous le regard inquisiteur de votre compagnon qui, lassé de vos pertes de temps inutiles, vous lance : 
 « Les loups ne sont pas des animaux très reconnaissants, tu t'attendais à quoi, Fredon ?» 
Sans lui répondre, vous repartez peiné par la réaction du loup dont vous avez sauvé la vie finalement pour rien.
Vous marchez depuis un bon bout de temps maintenant et vos forces commencent à vous abandonner. Votre compagnon le sent bien et ne refuserait pas lui non plus une pause. Vous décidez d'un commun accord de vous reposer un peu, au point où vous en êtes vous n'êtes plus à quelques minutes près ! Profitant de cet arrêt pour vous restaurer, vous broutez tranquillement. Votre compagnon se débrouillant lui aussi très bien, vous mangez sereinement.
Puis vous vous allongez tous les deux en contemplant le ciel bleu où quelques nuages épars vous rappellent vos copains d'enfance. La luminosité diminuant avec le coucher du soleil, le sommeil vous gagne. Finalement, vous vous endormez profondément aidé par les ronflements de votre fidèle compagnon
Vous vous réveillez en sursaut. La nuit s'est installée entièrement à présent dans le sousbois et l'atmosphère féerique du début de soirée a laissé place aux ténèbres et à son brouillard oppressant.
Un bruit retentit derrière vous et vous sautez sur votre compagnon pour le réveiller. Vous restez ainsi tous les deux à l'affût. Des bruits étouffés se rapprochent inéluctablement et dans la lueur de l'aube qui se dessine à présent, vous voyez étonné surgir dans la clairière trois cochons malfamés. Ces derniers, surpris eux aussi par votre présence, s'arrêtent net. 
 « Hé, regardez vous autres ce que la providence nous met sur notre chemin !» _ Lance le plus vieux des trois, jouant sûrement le rôle du chef. _ « Qui êtes-vous ? Vous n'êtes pas des résidents de cette forêt, vous êtes bien trop en chair !»
Grumly s'emballe et saute à la gorge de son adversaire: 
 « Hé ! Ce n'est pas ma faute si je suis comme ça ! Tu vas voir ce qu'il va te faire le gros !» 
Ils partent tous les deux en roulé-boulé et Grumly semble avoir le dessus. Les deux autres surpris par la réaction du félin n'osent intervenir mais néanmoins l'un des deux vous regarde et vous décidez de passer à l'action pour avoir l'initiative. Vous sautez vous aussi sur le premier et sous l'impact le deuxième cochon tombe à la renverse et reste groggy.
avatar
cocotte lindsay

Messages : 1242
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 27
Localisation : aude (11)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire dont vous etes le hero

Message par ajmm le Jeu 2 Mar - 10:48

Haha t'inquiète, je fais les mauvais choix depuis le début donc on va surement à nouveau se séparer à un moment ou à un autre! Sinon je prends le couloir de gauche!

_________________
avatar
ajmm
administrateur

Messages : 417
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 28
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum